Radicalités ?

Suscitant des réactions de peur et de suspicion, la question dite de la « radicalisation » est aujourd’hui traitée principalement comme un problème politique et sécuritaire. À rebours de cette tendance, les réflexions réunies ici partent du présupposé que cette question est avant tout humaine, et qu’elle nécessite à ce titre une analyse approfondie. Il s’agit d’éviter les dérives identitaires et sécuritaires qui se concentrent quasi exclusivement sur les conséquences des actes terroristes et attisent les inquiétudes, cherchant à identifier des « profils types » d’individus dangereux. Elles délaissent le plus souvent la compréhension des causes, cet entrelacs de facteurs divers qui peuvent amener une personne à faire le choix du passage à l’acte de la violence extrême. Remettre l’humain et ses expériences subjectives au centre des attentions implique alors de prendre en compte ses failles et vulnérabilités.

Ces vidéos nous alertent d’abord sur l’importance fondamentale de mener une réflexion sur les mots employés pour désigner cette réalité sociale complexe. Loin d’être des concepts scientifiques, les termes « radicalisation » et « déradicalisation » sont devenus omniprésents et banalisés depuis quelques années, dans tous les milieux de la vie sociale et dans le débat public. Un effort de déconstruction du terme est mené sur le plan scientifique, signalant la nécessité de dépassionner et de décentrer le débat sur ces questions. Il s’agit par là de déconstruire un certain nombre de présupposés. Le plus prégnant concerne l’association presque automatique entre l’appartenance à une religion en particulier, l’Islam, et la radicalisation. Or cette dernière, loin d’être une expression spécifiquement religieuse, désigne avant tout un passage à l’acte violent. Elle amène à questionner le rapport à la violence extrême. En outre, certaines interventions montrent qu’une mosaïque de situations est concernée par cette « radicalisation », avec des personnes présentant des degrés divers d’adhésion à ces discours et pratiques de violence. Les réflexions rassemblées ici signalent par ailleurs qu’un tel processus n’est pas récent, et qu’il ne se présente pas exclusivement dans le domaine religieux, comme c’est le cas avec les mouvements néo-nazis notamment. Pour autant, il importe de déceler, par l’analyse, les spécificités de ces formes de radicalités contemporaines qui s’appuient sur le religieux et se font présentes dans nos sociétés. Pour comprendre ces phénomènes tout en nous décentrant d’une obsession islamique, il est plus que jamais nécessaire d’apporter une certaine visibilité à la dimension comparative des recherches, aux travaux de terrain rendant compte de la complexité des réalités locales, ainsi qu’aux paroles et aux vécus des acteurs concernés.

Haoues Senigueur
Introduction à la journée «La prévention spécialisée face à la Radicalisation»

Haoues Séniguer est maître de conférences à l’IEP de Lyon
 
Réalisation : Université Lyon 3

Philippe Martin
La radicalisation a-t-elle une histoire ?

Philippe Martin est professeur d'histoire moderne à l'Université Lumière Lyon 2, directeur de l'ISERL
 
Réalisation : Université Lyon 3

Pascal Marchand
Le discours du radicalisé

Pascal Marchand est professeur en Sciences de l'information et de la communication de l'Université Paul Sabatier, Toulouse.
 
Réalisation : Université Lyon 3

Céline Béraud
Religion et radicalisme en prison

Céline Béraud est maître de conférences en sociologie à l'université de Caen.
 
Réalisation : Université Lyon 3

Michel Scotto
Radicalisation et prévention spécialisée

Michel Scotto est éducateur spécialisé, ancien directeur général adjoint d’une association de prévention spécialisée.
Tous droits réservés, ISERL, 2017.
Tournage : Louisa Charfa et Marina Rougeon / Montage : Jeff Loch.

Ressources & bibliographie

Références bibliographiques

BENCHELLALI Mourad, Voyage vers l'enfer, Paris, Robert Laffont, 2006.
BÉNICHOU David, KHOSROKHAVAR Farhad et MIGAUX Philippe, Le jihadisme. Le comprendre pour mieux le combattre, Paris, Plon, 2015.
BENLAALA Omar, La Barbe, Paris, Seuil, 2015.
BENSLAMA Fethi et KHOSROKHAVAR Farhad, Le djihadisme des femmes. Pourquoi ont-elles choisi Daech ?, Paris, Seuil, 2017.
BENSLAMA Fethi, L'idéal et la cruauté, subjectivité et politique de la radicalisation, Fécamp/Paris, Nouvelles Éditions Lignes, 2015.
BENSLAMA Fethi, La psychanalyse à l'épreuve de l'Islam, Paris, Flammarion, 2004.
BÉRAUD Céline, GALEMBERT Claire de, ROSTAING Corinne, De la religion en prison, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.
BERTHO Alain, Les enfants du chaos. Essai sur le temps des martyrs, Paris, La Découverte, 2016.
CHARAUDEAU Patrick (dir.), La laïcité dans l’arène médiatique, Paris, INA Editions, 2015
GÖLE Nilüfer, Musulmans au quotidien. Une enquête européenne sur les controverses autour de l’Islam, Paris, La Découverte, 2015.
KHOSROKHAVAR Farhad, Prisons en France. Violence, radicalisation, deshumanisation… Quand surveillants et détenus parlent, Paris, Editions Robert Laffont, 2016.
KHOSROKHAVAR Farhad, Radicalisation, Paris, Editions de la Maison des sciences de l'homme, 2014.
MALKA Salomon et MALKA Victor, Le grand désarroi, Enquête sur les juifs de France, Paris, Albin Michel, 2016.

Ressources Internet

Radicalités et régulations. Expertises sur les phénomènes de radicalisation et leurs régulations https://radicalite.hypotheses.org

Filmographie

KRAJINOVIC Jasna, La chambre vide, Bruxelles, CBA, 58min, 2016.
KRAJINOVIC Jasna, Ma fille Nora, Bruxelles, CBA, 16min, 2016.